avril 11, 2021

Animaux : quelles actions avons nous faites et pourquoi ?

Nous militons pour la libération animale et avons pour but la construction d’une société vegane. Dans ce cadre nous participons à plusieurs actions, souvent auprès d’autres associations et collectifs. Nous pensons que les luttes écologistes et animalistes sont étroitement liées, notre rôle est de venir renforcer les initiatives existantes sur ces sujets, voir de les impulser si nécessaire. Une société écologiste ne peut se construire sans protection des écosystèmes et donc des animaux, sans respect de la nature, sans bienveillance pour les autres formes de vies que la notre.

Action anti fourrure

L’industrie luxueuse de la fourrure en France est la source de la souffrance de plus de 200 000 animaux, ainsi que de la pollution des nappes phréatiques et eaux de surface.

Samedi 11 janvier à Lyon, pour le premier weekend de soldes, la journée nationale d’action contre la fourrure, nous avons fait une action tractage contre le fourreur Periquel.

Dès que nous avons commencé le tractage, le fourreur est sorti pour agresser les militantes de notre groupe, il a continué ses provocations et menaces tout le long du tractage. Malgré ça, nous avons su garder notre sang froid et nous avons continué à discuter avec les passant.e.s et le voisinage, choqués par la réaction violente du fourreur. Notons que la grande majorité des gens étaient déjà contre la fourrure, et soutenaient notre action.
Pour défendre les animaux, nous continuerons à viser ces commerces jusqu’à leur disparition.

Journée nationale d’action contre la fourrure

Rassemblement anti cirque avec animaux + tractages contre la captivité

En captivité, rien n’est adapté aux bien être des animaux : malgré des enclos qui paraissent suffisants, les animaux ont besoin d’évoluer dans un environnement adapté à leurs besoins en fonction de leur espèce. Que ce soit à travers la malnutrition, les problèmes de santé liés au températures, ou encore les cas de maltraitance : les animaux ne sont pas bien traités.

Nous avons organisé un tractage contre la captivité au parc de la tête d’or, puis participé aux rassemblements contre la captivité des animaux.

Des alternatives se développent, comme le rachat en décembre dernier d’un zoo en Bretagne par les ONG de Rewild, qui fut transformé en centre de réhabilitation pour animaux sauvages.
Tous les lieux de divertissement qui utilisent des animaux ne répondent jamais aux besoins des espèces dans le meilleur des cas, et montrent des signaux dangereux de maltraitantes dans les pires. Les zoos, les aquariums ou encore les cirques avec animaux renvoient à une période historique spécifique dont il est temps de se défaire. En effet, cela renvoie au passé quand les européens ramenaient les animaux des colonies, afin de les domestiquer à coup de fouets, de les exposer dans des foires ou d’en faire des trophées, par soif d’exotisme et de domination sur la nature. 

Aimer et protéger les animaux des zoos c’est les laisser dans leur environnement naturel, ou en sanctuarisant les zones sauvages.

Dimanche 1er mars plusieurs associations animalistes, dont Vegan Impact – Antenne LyonDignité AnimaleAnonymous for the VoicelessOne Voice Rhône, ont organisé un rassemblement afin de lutter contre l’exploitation des animaux par les cirques. En France, 384 communes, comme Paris, Dijon, Montpellier, Strasbourg ou Ajaccio, ont déjà pris des arrêtés pour interdire les animaux sauvages dans les cirques.

Travail au sanctuaire

Nous allons régulièrement au sanctuaire des Protégés de William. Le travail actuel consiste à défricher afin d’agrandir les espaces pouvant accueillir des animaux.

Nous avons pu rencontrer Arya et ses bébés qui viennent de naître. Elle fut sauvée de l’abattoir en décembre, enceinte. C’est la première fois de sa vie qu’on ne lui enlève pas ses petits.

Les sanctuaires sauvent la vie d’animaux d’élevage, qu’ils viennent de la filière de la viande, ou laitière. Ils jouent un rôle clé dans la lutte contre l’exploitation animale en sauvant concrètement des animaux. Les sanctuaires pour animaux seront des lieux essentiels pour un changement de société, au profit d’un société végane. En effet, il y aura une étape de transition entre notre époque où des millions d’animaux sont créés dans le but d’être abattus, et une époque où l’exploitation animale disparaîtra, mais au fur et à mesure que les élevages et abattoirs fermeront, les animaux abandonnés par les éleveurs devront être placés dans des lieux où ils pourront finir leur vie en toute tranquillité, des lieux où ils seront soignés et nourris. Cette étape de transition devra être planifiée et soutenue largement. Il faudra également se poser la question de si on laisse se animaux se reproduire et entamer une vie semi-sauvage, voir sauvage, sous condition que ces espèces domestiquées depuis des milliers d’années ne déséquilibrent pas les écosystèmes, si on stérilise ces animaux afin que l’espèce s’éteigne d’elle même, ou si on préserve ces animaux sous notre responsabilité, comme des animaux « de compagnies » en contrôlant leur naissance. Quoiqu’il en soit, nous auront tout le temps de réfléchir à ça le moment venu, mais pour l’instant, il est impératif de soutenir les sanctuaires comme des zones pacifiques où humain.es et animaux cohabitent en harmonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *