avril 11, 2021

Chasseurs, tueurs, menteurs

Avant tout, nous devons apporter quelques précisions pour bien comprendre notre démarche. Notre affiche est provocante, et peut être perçue comme caricaturale et insultante. Nous l’entendons. Elle n’appelle pas à un dialogue pacifique et consensuel avec les chasseurs.

Cependant, lorsque nous parlons des chasseurs, nous parlons d’un système, et non pas de quelques individus. Évidement que tous les chasseurs ne sont pas des tortionnaires assoiffés de sang, certains sont sincèrement persuadés de vouloir protéger la nature et respecter l’animal, certains sont ouverts au dialogue. MAIS, tous les chasseurs sont regroupés au sein de fédérations, et plus globalement d’un même univers composé de lobbies, d’industriels, de journaux et presses spécialisées, d’élus locaux et de politiciens à la tête de l’État, tout un monde qui se sert les coudes, qui protège ses intérêts, qui protège chaque pratique -même les plus infâmes- et qui s’immisce dans la vie politique du pays, au détriment des autres acteurs et actrices de la société civile. Notre message peut paraître violent, mais il est en réponse à la violence des chasseurs, qui n’hésitent pas à caricaturer, insulter et menacer les opposants à la chasse, qu’ils soient écologistes, animalistes, ou simples riverains ne supportant plus les nuisances de cette pratique. Nous voulons interpeller, nous voulons faire réagir, nous voulons construire le rapport de force, car en face, les organisations de chasse sont ultra-puissantes, elles sabotent le débat public, et régissent la vie rurale selon leurs propres critères et intérêts.

🔴 Les chasseurs aiment se faire passer pour des amoureux de la nature, respectueux des animaux. Ils se revendiquent comme des gestionnaires incontournables des écosystèmes, et plus généralement les garants et défenseurs de la ruralité.A l’heure où la question de l’écologie et du bien-être animal gagne de plus en plus la société, le monde de la chasse redouble d’efforts pour embellir et moderniser son image, et ainsi faire oublier les nombreux scandales et faits divers qui ont tristement marqué l’actualité. Chevaux et chiens tués, espèces protégées abattues, projectiles traversant les habitations, jusqu’aux accidents mortels sur des promeneurs ou cyclistes. Mais une fois le vernis gratté, que reste-il de la chasse ?

🔴 Les chasseurs sont des tueurs. C’est une évidence, et pourtant, toute la communication des chasseurs tend à faire oublier le but premier de la chasse, par l’utilisation d’euphémismes et de langage calibré pour le public. L’exemple de langage le plus révélateur est celui-ci : les chasseurs ne disent pas qu’ils tuent des animaux, ils disent qu’ils les prélèvent, systématiquement. Chaque photo de chasse, où des dizaines de cadavres d’animaux ensanglantés jonchent le sol, ne sont plus des trophées d’une partie de massacre sur des animaux en liberté, mais des actes de régulation des espèces. Quand on demande à un chasseur pourquoi il chasse, il vous parlera de convivialité, de communion avec la nature, de moments authentiques lors des repas. A ces chasseurs nous leur répondons : Alors pourquoi ne faites-vous pas tout ça, mais sans fusil ?…Récemment, le patron de la fédération nationale de la chasse, Willy Schraen, a même recommandé aux chasseurs de ne plus divulguer de photos de tableau de chasse comportant trop d’animaux tués sur les réseau sociaux, afin de ne pas donner d’arguments aux antichasses, mais surtout, pour ne pas montrer la finalité de leur loisir à la population.

🔴 La chasse vous manipule. Adieu le cliché du chasseurs ventru et alcoolisé qui tue le temps en tuant tout le temps, les entreprises et lobbies de la chasse payent des fortunes pour des campagnes publicitaires sur internet jusque dans les métros parisiens, pour créer de toutes pièces une image de la chasse plus vendeuse, plus adaptée à l’évolution des mœurs. On peut les retrouver aussi dans les écoles où ils organisent des journées de promotion de ce loisir sanglant. Ils espèrent ainsi toucher la jeunesse, et peut-être même un public féminin. Et si quelques jeunes célébrités des réseaux sociaux s’affichent en train de chasser, tels des objets de marketing, on imagine encore assez mal les femmes participer à des tueries d’animaux au milieu de cet univers masculin imbibé d’alcool et de sang. Quand on aime la nature, on la découvre, on l’observe, on l’étudie, on l’admire, on la prend en photo, mais on ne la crible pas de plomb !

🔴 Manœuvres politiques, et mainmise sur les zones rurales. Chouchouté par les municipalités, les médias locaux, mais aussi par l’État et ses ministres, les chasseurs ont droit à toutes sortes de privilèges et de passe-droits. Ils ont les moyens organisationnels, financiers et juridiques pour s’octroyer la nature dans le but d’en faire une zone de tir, au détriment des autres usagers qui devront s’aventurer en forêt à leurs risques et périls. Les chasseurs ont également des lois qui protègent leur activité contre leurs opposants. Ainsi, si une personne tente de protéger un animal ciblé par un chasseur, elle fera « obstruction à la chasse » et pourra être condamnée pour ça. Mais plus scandaleux encore : quand un chasseur tue une personne accidentellement, les conséquences judiciaires sont trop souvent dérisoires. Les chasseurs peuvent également fusiller des animaux domestiques, ou des espèces protégées, ils risquent à peine une amende, au mieux un retrait provisoire de leur permis de tuer. Nous avons affaire à une véritable caste qui se croit au-dessus de la société. Les chasseurs représentent un danger pour les riverains, et toutes les personnes s’aventurant dans la nature lors des jours de chasse. Les chasseurs n’aiment pas la critique, et certains n’hésitent pas à menacer ou s’en prendre physiquement aux opposants à la chasse. Cela vire au glauque lorsqu’ils déposent des cadavres d’animaux devant les portes des maisons des opposants, ou cherchent à se venger sur les animaux de compagnie. Pourtant, ce sont bien les chasseurs qui se victimisent en permanence à travers des communiqués larmoyants relayés par des journaux régionaux plutôt complaisants.

🔴 Les chasseurs vampirisent les subventions régionales qui pourraient être allouées aux associations de défense de la nature. Nos impôts peuvent payer directement leur matériel. Ce statut et ces moyens leur permettent alors de se donner une légitimité écologiste, en entretenant quelques haies, chemins ou point d’eau. Mais c’est surtout la gestion du « stock » d’animaux en fonction des critères humains comme l’agriculture qui les rendent indispensables aux yeux de l’État. Sauf que ce statut intouchable empêche le développement de méthodes pacifistes et populaire pour étudier et intervenir (s’il le faut) au sein des écosystèmes. Laissons la place pour des alternatives aux armes à feu.

🔴 Derrière ces actions symboliques pour s’accaparer le statut de « premiers écologistes de France » la chasse c’est surtout :

-Tous les ans, de 2000 à 6000 de tonnes de plomb sont dispersées dans la nature, s’accumulent et empoisonnent la faune, sans compter les cartouches en plastique laissées au sol.

-Tirs sur des espèces protégées-Lâché d’animaux d’élevages inadaptés à la vie sauvages, dans l’incapacité de fuir les chasseurs ou de s’adapter à la vie sauvage, ayant un mauvais impact écologique.

-La majorité des animaux tués ne figurant pas sur la liste des animaux dits « nuisibles ».

-Pression permanente pour obtenir le droit de chasser de nouvelles espèces, ou de continuer à chasser celles qui sont en déclin.

🌲 Pour les animaux, pour les écosystèmes, mais aussi pour la sérénité de la population rurale et des amoureux de la nature, nous participerons au progrès de la société et l’évolution des mentalités, nous nous dresserons contre les traditions archaïques et dépassées, nous ne nous laisserons pas intimider par des organisations anti-démocratiques prônant la violence et la domination de la nature. Pour toutes ces raisons, nous comptons faire entendre notre opposition à la chasse. Un loisir de mort, des dérives sadiques, chassons la chasse de nos campagnes. Stoppons la brutalité dans notre ruralité.

2 réflexions sur « Chasseurs, tueurs, menteurs »

    1. Bonjour,
      Nous ne collons rien sur la nature, ni sur des habitations. Uniquement sur des constructions humaines publiques (poteaux, casier électrique, panneau d’affichage public, poubelles…). Les matériaux sont biodégradables. Nous ne tuons ou blessons aucun animal lors de ces collages. Rien de comparable avec la destruction de la biodiversité ou la pollution au plombs provoqué par le million de chasseurs en France. De plus, les chasseurs font également des collages et affichages, dans une ampleur beaucoup plus grosse que notre petit collectif, avec des affichages lumineux consommant de l’énergie.
      Nous vous souhaitons une bonne journée également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *