avril 11, 2021

Maraude au cours de ces derniers mois et actualité coronavirus

Voilà plusieurs mois que nous assurons deux maraudes hebdomadaire dans les rues de Lyon. Petit à petit, les langues se délient. Entre mépris des passant.es et rejet des institutions, les humiliations quotidiennes sont parfois difficiles à supporter pour les personnes qui vivent dehors. Il est important de changer le regard que nous portons sur les gens qui nous entourent. Ce sont des femmes et des hommes qui méritent le droit à la dignité.

Il est inadmissible d’entendre encore aujourd’hui que des hôpitaux rejettent des blessé.es. Nous retrouvons des personnes dont l’état de santé se dégrade de semaine en semaine et qui n’osent plus retourner vers du personnel soignant, persuadé.es qu’ils ou elles ne seront plus pris en charge. Insupportable de découvrir que des personnes se dissimulent la nuit pour éviter de se faire uriner dessus par les passant.es. Inconcevable d’entendre que des enfants dorment chaque nuit sur des couvertures par terre.

Heureusement, nous ne sommes pas seul.es à faire preuve de solidarité et de compassion. Chaque semaine nous retrouvons nos sympathisant.es qui nous apportent leurs sourires, leurs bras, leurs dons. Nos supers donateurs, Dirty Shirt avec son aide financière, Hello Darkness avec sa présence en maraude et son incroyable collecte qui nous ont apporté littéralement une montagne de dons, les aides financières d’Indecosa CGT qui nous permettent d’avoir du matériel de qualité pour transporter soupes et boissons chaudes.
Grâce à vous, nous apportons nourritures, vêtements, produits d’hygiène et réconfort à celles et ceux qui en ont besoin.

Constat actuel, dans le cadre des mesures de confinement.

Le premier soir du confinement, mardi 17 mars, nous avons effectué une maraude en effectif restreint (trois personnes). Nous n’avions que des boissons chaudes, le but étant surtout d’évaluer la situation et le besoin.
Il y avait autant de personnes dans la rue que d’habitude, sans solution concrète et rapide de logement (les hébergements d’urgence restent fermés pour limiter l’épidémie), en difficulté du fait de l’arrêt de l’activité des autres maraudes et du désert dans les rues. Les fontaines et robinets des WC publics sont coupés, la plupart des centre d’accueil de jour sont fermés, il n’y a aucun accès à l’hygiène élémentaire. Cette situation est intolérable, des tensions se font de plus en plus sentir dans les rues. Nombre de SDF avaient faim et craignaient l’arrivée de la police qui aurait déjà mis des amendes aux personnes ne pouvant pas se confiner (source : samu social).
Nous avons donc décidé de recommencer le lendemain et autant de soirs que possible, en adaptant notre comportement à la situation : mesures d’hygiène strictes afin de minimiser le risque de propagation du virus.
Il y avait toujours autant de monde, mais moins affamés : nous avons croisé une autre maraude qui agit tous les mercredis soirs. Il semblerait que des supermarchés se mettent à aider les personnes sans abri.
Pour la suite, nous allons continuer en effectif restreint. Plusieurs personnes nous ont contacté afin de participer aux maraudes, nous nous doutons bien que beaucoup de gens ont du temps et souhaitent aider, mais plus il y a de personnes en contact avec ce que l’on distribue, plus le risque de contamination est élevé. Donc plus nous ferons attention, plus vite la situation reviendra à la normale, et nous pourrons reprendre notre pleine activité comme avant.

A l’heure où un grand nombre de citadins des beaux quartiers partent faire leur footing sans aucune gêne ni aucune décence, alors que des prolétaires sont obligés d’assurer la distributions des marchandises vitales, souvent sans protection, et que le personnel hospitalier se tue à la tache dans des conditions insoutenables, nous appelons toutes les personnes à rester chez elles afin de ne pas transmettre le virus, ni montrer le mauvais exemple. Cette pandémie va tuer des milliers de personnes, c’est de notre responsabilité de limiter cette hécatombe en adoptant des gestes et comportements simples mais impératifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *