avril 11, 2021

Pour le peuple, pour la planète, sortons du tabagisme.

Le tabac est un produit non seulement totalement inutile à l’humanité, mais c’est également un produit ultra nocif, entraînant à court terme une très grande dépendance physique et psychologique. A long terme, il provoque des maladies très graves entraînant des millions de morts chaque année.
Au quotidien, la dépendance au tabac ruine les consommateurs et consommatrices pour un produit qui les détériore leurs capacités physiques, leur santé, et les tue à petit feu.

Nous ne pouvons pas seulement inciter les gens à arrêter ou à ne pas y toucher, car la pression sociale est souvent plus forte que les volontés individuelles, sinon, pourquoi les gens fumeraient ?
Le tabac est un piège, mais ce piège est distribué massivement dans la société par des industriels, des industriels qui ont historiquement
toujours ouvertement mentis et détournés les études scientifiques afin de ne pas voir leur profits s’échapper.
Aujourd’hui, ces industriels se cachent derrière le libéralisme des sociétés capitalistes, où les gens auraient le droit de suivre un libre arbitre, ou tout ne serai qu’une question de choix personnel.
Mais le libre arbitre absolu n’existe pas, les individus obéissent à toutes sortes de normes sociales, les individus se plient aux règles de la société et de leurs milieux sociaux car les humains sont des animaux sociaux.
C’est derrière l’idée de cette supposée liberté individuelle, de ce libéralisme, que les industriels du tabac se réfugient pour pouvoir vendre librement un produit aussi dangereux.

Pourquoi le tabac n’est-il pas interdit ? Pourquoi on fait des campagnes et des lois anti-tabac alors que le tabac est accessible absolument partout ? Ces logiques contradictoires sont propres au capitalisme, qui encourage la recherche de profit quitte à vendre du poison, mais en même temps remet la responsabilité sur les individus qui consomment ces poisons.

Les personnes de votre entourage qui se ruinent en fumant et qui en mourront probablement n’ont que très peu de responsabilité dans ce qu’il leur arrive, les vrais responsables sont ces industriels, et toutes les politiques qui les ont permis de se développer.

🚭 Un désastre écologique et un gaspillage énergétique et humain pour un produit inutile, pour un produit ultra nocif pour la santé, c’est donc objectivement une industrie qui doit disparaître sans condition, et ses responsables doivent être jugés pour les ravages et les morts qu’ils ont causés.
C’est notre programme, sans aucune ambiguïté.

Pour le peuple, pour la planète, sortons du tabagisme.

https://www.facebook.com/brutnatureFR/videos/792459861281393/UzpfSTEwMDc2ODk1MTMxMjQ2MjoyNDQzNjExMDAyODY1Nzk/

2 réflexions sur « Pour le peuple, pour la planète, sortons du tabagisme. »

  1. Le tabac est effectivement l’une des pires drogues et son usage est trop répandu dans le monde entier et dans toutes les classes sociales sous tous les régimes politiques. Mais selon moi, il est vain d’essayer de l’interdire , non seulement parce-qu’il est très difficile et douloureux de se libérer d’une intoxication, mais surtout parce que la démarche de sevrage ne peut être efficace dans la durée si elle n’est pas initiée par le malade lui-même, certes avec l’aide de son entourage et de médecins, mais pas sans sa participation active. Car même si liberté de quiconque n’est jamais totale, a moins de vivre seul en ermite, puisque nous vivons tout d’échanges et d’influences partagées, le choix entre plusieurs options reste possible a toute étape de notre vie. Le libre arbitre est une des caractéristiques de la conscience humaine et a moins d’être psychotique chacun conserve sa liberté de penser et d’avoir un avis sur ce qui relève de sa propre responsabilité et ce qui tient aux pressions extérieures. Il faut donc agir en amont sur les conditions de la vie sociale moderne qui conduisent beaucoup de gens a se réfugier dans toutes sortes d’addictions mais -selon moi – on ne peut préconiser des mesures coercitives qui seraient de toutes façons inefficaces, voire contre-productives.

    1. Ce que nous montrons avec cet article, c’est justement que les choix des individus n’ont presque aucun poids face aux normes sociales et la puissance des industriels. Et comme vous le dites au début de commentaires, le tabac touche toutes les classes sociales. Donc même si nous agissons sur les conditions de vie sociales, le premier facteur de tabagisme ce sont les autres fumeurs, et l’existence du tabac dans la société. Evidement on ne peut pas supprimer du jour au lendemain toutes les usines de tabac sans mettre en place un suivi de désintoxication pour les millions de fumeurs, ainsi que la reconversion de tous les travailleurs de cette filière. Mais il faut bien commencer par cibler et décrire le problème si on veut un jour pouvoir changer les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *